retour archi Chasse Construction Joute Siege Vie médiévale

i
u


Cliquez une lettre pour trouver la définition d'un mot.

Haut de age
.
Abaque Un abaque est la partie supérieure du chapiteau des colonnes, sur laquelle porte l'architrave.
On le nomme autrement tailloir.
Abbatiale L'abbatiale est l'église d'une abbaye ou d'un monastère.
Abbaye Une abbaye (du latin abbatia) est un monastère ou un couvent catholique placé sous la direction d'un abbé (ou d'une abbesse; dérivé de l'araméen abba qui signifie « père »), lequel sert de père spirituel à la communauté religieuse. Les ordres monastiques, les chapitres canoniaux (de chanoinesses surtout), les communautés de chanoines réguliers ont vocation à fonder des abbayes. L'abbaye n'est donc pas nécessairement un lieu de clôture monastique.
ablaq C'est une techique qui consiste en l'incrustation pierres de couleurs différentes (marbre le plus souvent) dans le mur Éléments décoratifs
Abside (ou Absidiole) Extrémité d'une église, généralement en forme de demi-cercle, au fond du chœur.
Abside en cul-de-four Extrémité de l'église située du coté de l'autel, lorsqu'elle est de plan circulaire ou bien polygonal. Cette extrémité a la forme d'un quart de cercle.
Acanthe (feuille d') Les Acanthes sont un genre (Acanthus) de plantes vivaces de la famille des Acanthacées comprenant une trentaine d'espèces originaires surtout d'Eurasie et d'Afrique. Acanthe(Akantha) était une nymphe. Apollon (dieu du soleil) voulut l'enlever et elle le griffa au visage. Pour se venger, il la métamorphosa en une plante épineuse qui aime le soleil, et qui porte depuis son nom. La feuille d'acanthe est le décor caractéristique des chapiteaux de l'Ordre corinthien; c'est aussi un des plus fréquents motifs des sculptures de l'art roman.
Allégorie Représentation, expression d'une idée par une figure dotée d'attributs symboliques.
L'Alpha et l'Oméga
Jésus est défini comme le principe et la fin dans plusieurs passages de l'Apocalypse de Jean. Cette affirmation de la primauté absolue du Christ reprend le message du Prologue de l'Évangile qui renoue avec le bereshit du livre de la Genèse. Commencement de tout puisque tout fut par lui. Fin de tout, puisque les temps derniers sont inaugurés par la résurrection de Jésus d'entre les morts. [en savoir plus : http://www.interbible.org/interBible/ecritures/symboles/2005/sym_051104.htm].
Androphage (monstre) Qui dévore hommes et âmes.
Appareil En architecture, le mot appareil, ou opus en latin, désigne la forme et la disposition des pierres brutes ou taillées, ou des briques assemblées dans la maçonnerie.
Arcs Les arcs sont un élément majeur dans l'architecture islamique tout comme dans l'architecture occidentale. Certains sont courants en orient comme en occident : arc en plein cintre, arc brisé, mais d'autres sont plus spécifiques au monde (Le mot monde peut désigner :) islamique, comme l'arc persan, au profil caréné, l'arc polylobé, l'arc à lambrequins ou encore l'arc outrepassé (souvent dit "en fer à cheval"), tous trois très employés en Espagne et au Maghreb.
Arc de cloître (voûte en) Voûte formée par la pénétration de quatre voûtes de même hauteur.
Arc-doubleau ou arcdoubleau est un arc perpendiculaire à l’axe de la voûte et appuyé contre la face intérieure des murs (il double la voûte). Ce terme est surtout utilisé dans le contexte de l'art roman.
Arc triomphal Arcade d'entrée de choeur.
Arcade Ensemble formé par un arc et ses deux supports.
Arcade géminée Arcade offrant l'aspect de deux arcades jumelles juxtaposées formée par deux demi-cercles tangents par l'une de leurs extrémités.
Arcature Une arcature désigne une série d'arcades de petite dimension. Elle peut à claire-voie, ou aveugle lorsque il s‘agit d‘ouvertures simulées ou au fond muré.
Archère Une meurtrière (ou archère, archière, raière ainsi qu’arbalétrière après l'invention de l'arbalète) est une ouverture pratiquée dans une muraille défensive pour permettre l'observation et l'envoi de projectiles.
Archevêque L'archevêque (ou métropolitain) est un évèque qui bénéficie d'un certain nombre d'attributions particulières ou a juridiction sur plusieurs diocèses.Certains archevêques portent le titre honorifique de primat.
Archivolte Ensemble des ornements, sculptures ou baguettes qui encadrent une arcade en soulignant les contours supérieurs et inférieurs des voussoirs ou claveaux de l'arc. Par extension, ensemble des voussures d'encadrement d'une baie, porte ou fenêtre.
Arc-boutant Arc de pierre s'appuyant sur un contrefort pour soutenir un mur extérieur.
Arc de décharge Un arc de décharge est un élément d'architecture, qui a pour but l'allègement du poids du mur sur le linteau en repoussant les charges sur les côtés. Les arcs de décharges sont souvent soit en pierre (appareillé ou non) soit en brique ou en bois.
Astragale Bague séparant le fût du chapiteau; au Moyen Âge, elle fait partie du chapiteau et, dans l'Antiquité, du fût.
Autel Table où l'on célèbre la messe; elle est généralement en pierre, et couverte d'un tapis brodé. Les cathédrales comportent généralement plusieurs autels. Le principal s'appelle le maître-autel ; l'espace qui l'entoure est le sanctuaire.
Haut de page  
Balustrade Une balustrade, dans le domaine des éléments d'architecture, est une rangée de balustres fixés entre un socle, et une tablette formant appui, et constituant un garde-corps ajouré, à vocation de sécurité et participant au style des constructions.
Balustre Un balustre est une colonnette de forme renflée, généralement assemblée à d'autres colonnettes par une tablette à hauteur d'appui.
banco mélange de terre crue et de paille, la Mosquée Djingareyber de Tombouctou est en banco.
Barlong Qui a la forme d'un carré allongé, d'un rectangle.
Basilique En architecture religieuse, une basilique est une église construite sur un plan similaire à celui des basiliques romaines.
Bas-côtés Nefs latérales d'une église, de chaque côté de la nef principale.
Baptistère Un baptistère est un bâtiment spécifiquement destiné à pratiquer le baptême, chez les chrétiens. Comportant une cuve baptismale (elle a parfois disparu), il est adossé à une église ou le plus souvent à une cathédrale. Ces édifices sont souvent, comme les fonts baptismaux qu'ils abritaient, de formes ronde ou polygonale.L’ampleur prise par la cérémonie sacramentelle et la splendeur du bâtiment reflètent l’importance du sacrement pour les chrétiens de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance.
Bénitier Le bénitier est large et peu profond. Il est en matière dure, souvent en pierre de taille et l'intérieur est en marbre ou en albâtre. On utilise parfois un gros coquillage exotique appelé justement, pour cette raison, bénitier. Il est souvent placé de part et d'autre des portes d'entrée et, en entrant dans l'église, les fidèles trempent le bout des doigts de la main droite dans l'eau bénite, puis se signent, c'est-à-dire qu'ils ébauchent un signe de croix.
Berceau (en voûte) Voûte en arc de cercle, dite aussi en plein cintre.
Bonnet phrygien

Le bonnet phrygien est un symbole d'origine orientale porté par Pâris (originaire de Phrygie et fils de Priam) repris dans l’iconographie romaine tardive. Il est par exemple porté par les rois mages sur les reliefs ou les fresques paléochrétiennes (comme symbole du mage oriental), par les prisonniers perses sur les bas-reliefs de l'Arc de Galère ou de la colonne d'Arcadius. Toujours en Perse, il était porté par la divinité Mithra qui serait apparu au moins au XVIe siècle av. J.-C..
Le bonnet phrygien tire également sa symbolique de liberté de sa parenté romaine avec le pileus (chapeau en latin). Le pileus coiffait les esclaves affranchis de l'empire romain, représentant leur liberté.

Bossage Saillie laissée dans le parement d'une pierre taillée pour servir d'ornement ou recevoir une sculpture.
Bretèche Une bretèche ou bretesse ou bretesche est un petit avant-corps rectangulaire ou à pans coupés, plaquée en encorbellement sur le mur d'un ouvrage défensif. Il peut être crénelé ou couvert d'un toit en appentis. Il est souvent placé au-dessus de l'accès d'un château-fort et muni d'archères ou de meurtrières ainsi que de mâchicoulis, ces derniers permettant de défendre la base de la muraille ou la porte située en-dessous par un tir plongeant.
brique cuite (adjurr)  Très utilisée depuis l'Irak jusqu'à l'Inde, elle fut également le matériau de prédilection en Égypte jusqu'aux XIIe-XIIIe siècles. Elle est usitée pour tous types de monuments, des plus simples aux plus importants (mosquées, madrasas, tombeaux…). Peu chère, elle se conserve bien
brique crue (tawb Elle a l'avantage d'être facile à trouver et à utiliser, et peu coûteuse. Son grand défaut réside dans sa très mauvaise conservation : l'eau lui est fatal
Haut de page  
Calice le calice est un vase sacré présentant la forme d'une coupe évasée portée sur un pied élevé et employé dans la célébration eucharistique pour la consécration du vin.
Campanile Un campanile est un clocher de forme carrée ou ronde, généralement percé d'arcades sur plusieurs niveaux. Le terme s'emploie en particulier pour les clochers italiens de la Renaissance. Le campanile était le plus souvent construit comme un élément à part entière, ne faisant pas partie de l'église ou de la cathédrale. Il abritait les cloches qui servaient à appeler les fidèles à la prière. À la Renaissance, le campanile devint l'objet de rivalité entre les villes italiennes et sa construction fut souvent confiée à de grands artistes.
Carroccio Le Carroccio est un grand chariot à quatre roues portant les enseignes citadines, autour duquel se rassemblaient et combattaient les milices des communes de la plaine du Pô.
Cartulaire Un cartulaire est « un recueil de copies de ses propres documents établi par une personne physique ou morale, qui, dans un volume ou plus rarement dans un rouleau, transcrit ou fait transcrire intégralement ou parfois en extraits, des titres relatifs à ses biens et à ses droits et des documents concernant son histoire ou son administration, pour en assurer la conservation et en faciliter la consultation »
Cathédrale Une cathédrale est, à l'origine, une église chrétienne où se trouve le siège de l'évêque ayant en charge un diocèse.
Toutefois, il existe des cathédrales sans évêque, car le nom cathédrale est conservé une fois pour toutes.

céramique décorative

Les carreaux de revêtement. Selon l'époque, ils peuvent être en forme d'étoile, de triangles, d'octogones qui s'imbriquent ou plus sagement carrés, formant des panneaux. Les techniques de décor sont variées : carreaux moulés sous glaçure monochrome, lajvardina, cuerda seca, etc

Éléments décoratifs

Chaise curule Siège réservé aux principaux magistrats romains.
Chanfrein Biseau qui abat une arête sur un bloc ou une maçonnerie.
Châsse Une châsse désigne généralement un reliquaire contenant le corps d'un saint (entier, ou sa plus grande partie), voire de deux ou trois s'il s'agit par exemple de saints martyrisés ensemble. Il s'agit donc d'une sorte de cercueil-reliquaire.
Chevet Partie postérieure, externe, du chœur d'une église.
Chevrons Pièces en bois constituant le plan incliné d'une toiture.
Choeur Partie de l'église située, en tête de la nef, autour du maître-autel, où se tiennent le clergé et/ou les chanteurs; sanctuaire.
Chrisme Le chrisme est un symbole chrétien formé des deux lettres grecques Χ (chi) et Ρ (rhô), la première apposée sur la seconde. Il s'agit des deux premières lettres du mot Χριστός (Christ). On le lit aussi parfois comme le monogramme du Christ, et on le trouve souvent accompagné des lettres α (alpha) et ω (oméga). Ces dernières lettres symbolisent le commencement et la fin de tout, étant la première et la dernière lettre de l'alphabet grec. Le chrisme existe aussi sous une autre forme associant les lettres grecques I (iota) et Χ (chi) des initiales de Iesous Χριστός (Jésus Christ). Le chrisme prend alors l'aspect d'une étoile à six rais souvent identifiée dans l'art à l'étoile qui guida les mages. On en trouve encore en Orient, plus spécifiquement dans la partie orientale de l'ancien empire romain
Christ en Majesté Christ assis en position frontale, soit à la partie inférieure d'une mandorle, soit sur un globe ou un trône impérial, selon les périodes.
Ciboire

Le ciboire, du latin ciborium, lui-même du grec kibôrion, qui signifie coupe, est un vase sacré, utilisé dans plusieurs liturgies chrétiennes. Il ne faut pas le confondre avec le calice, ni avec la pyxide.En général fermé d'un couvercle, il est destiné à contenir les hosties consacrées par le prêtre, soit pour les distribuer aux fidèles qui commmunient, soit pour les conserver dans le tabernacle.Lorsqu'il contient des hosties consacrées, le ciboire doit être revêtu du pavillon ou voile circulaire de tissu blanc ou doré.

Ciborium Un ciborium est une construction, parfois un objet mobilier, destiné à protéger et mettre en valeur un autel ou, spécifiquement, l'armoire où est déposé le ciboire. Le ciborium affecte généralement la forme d'un dais posé sur quatre colonnes. Il peut être en bois, en métal, en pierre, et constituer parfois un véritable édifice. Ce terme est surtout utilisé pour la période antérieure au monde médiéval. À partir de l'époque médiévale c'est le terme « baldaquin » qui est préféré.
Cintre le cintre est la courbe de la surface intérieure d'une voûte ou d'un arc : courbure hémisphérique concave.« En plein cintre » se dit pour un arc dont la courbe correspond à un demi-cercle : voûte ou arcade en plein cintre de l'art roman, par opposition à arc brisé ou ogive.
Claveaux Les claveaux sont les pierres taillées en biseau qui forment un arc ou une voûte. Aujourd'hui, on emploie ce terme comme synonyme de voussoir, alors qu'anciennement, le claveau ne faisait partie que de l'arc, et le voussoir de la voûte.
Clé de voûte Saillie sculptée à l'intersection de deux actes, au centre d'une voûte.
Clocher "limousin" On appelle « clocher limousin » un type de clocher-tour à plusieurs étages, passant d’une base carrée à un sommet octogonal par le moyen de gâbles (pignons aigus).
Clocher-mur Un clocher-mur, clocher-peigne, clocher à arcade, clocher en éventail, clocher à jour, panelle, campenard, ou mur campanaire, est un élément architectural, vertical et plat, placé en haut ou à l'avant d'un édifice (église le plus souvent) pour recevoir des cloches.
Clocher-porche Un clocher-porche est un clocher qui intègre à sa base l'entrée principale d'une église.
Cloître Un cloître (ou anciennement cloistre, ou clouastre) est une cour entourée de murs et de galeries établies à côté des églises cathédrales, collégiales et monastiques.
Clôture Enceinte d'un monastère, interdite aux laïcs, où les religieux vivent cloîtrés conformément à la règle.
Coffre Petit tombeau mégalithique ouvert sur le dessus.
Collégiale Une collégiale est une église qui a été confiée à un collège de clercs ou chapitre collégial, c'est-à-dire à une réunion de chanoines (de nombre variable selon les lieux) qui se tient ailleurs qu'au siège épiscopal.
colonne Elle est un support cylindrique. Dans les premiers siècles de l'Islam, les colonnes utilisées proviennent souvent de remplois de bâtiments antiques, mais au bout d'un certains temps (Le temps est un concept développé pour représenter la variation du monde : l'Univers n'est jamais figé, les...), les matériaux antiques se faisant rares, les ouvriers islamiques apprirent à en tailler eux-même.
Colonette en délit Colonnette de pierre dont les veines de carrière sont verticales et qui est adossée au mur.
Confession Chapelle contenant la tombe d'un martyr.
Contrebutement Contrefort, ou pillier, qui oppose à une poussée une poussée de sens contraire pour la neutraliser.
Contrefort Massif pilier de pierre élevé sur le côté d'un mur pour le soutenir.
Corbeau

Le corbeau est un élément saillant d'un mur, en architecture. Il permet de soutenir une poutre en structure intérieure ou une corniche ou autre avant-corps en structure extérieure. Son nom vient de l'animal qui se perche en haut de mur. Il est généralement intégré dans le mur pendant la construction (rarement rapporté par fixation) et consiste en une seule pierre. Un petit corbeau est un corbelet. Lorsqu'il y a plusieurs pierres maçonnées sur plusieurs assises, lorsqu'il s'agit de structure métal ou béton, on désigne l'élément porteur par le terme "console". Au rôle de support du corbeau peut s'ajouter un rôle décoratif. Il est souvent sculpté (modillon) dans les bâtiments fastueux. Dans les monastères rigoureux et dans l’architecture militaire, on ne l’orne pas.

Corbeille Partie principale du chapiteau, sur laquelle se développe le décor.
Cordon un cordon est une moulure ou un corps de moulures horizontal sans fonction particulière (à ne pas confondre avec un larmier ou une corniche). Un bandeau est un cordon de section rectangulaire.
Corniche Une corniche est un couronnement continu en saillie d'un élément, d'un meuble (armoire par exemple) ou d'une construction. La corniche est le plus souvent horizontale, mais peut être également en pente si elle se développe le long du rampant d'un fronton par exemple. Elle a pour usage d'évacuer l'eau sans endommager la façade, et permet aussi de souligner certaines lignes du bâtiment, comme la distinction des étages.
Coufique Caractères arabes aux formes anguleuses.
Crochet Ornement saillant recourbé à son extrémité qui s'enroule comme un bourgeon de feuillage.
Croisée d'ogive L'architecture romane, qui précède le gothique, se caractérise par des arcs en plein cintre et des voûtes. Ces voûtes romanes sont massives et très lourdes, elles nécessitent des murs d'appui épais, le plus souvent renforcés par des contreforts accolés de place en place.
Crypte Chapelle, généralement souterraine, d'une église, où l'on plaçait le corps ou les reliques des martyrs, des saints.
Cul-de-four (voûte en) Voûte en forme de demi-coupole.
Culot Organe en surplomb supportant une charge.
Cupule Par extension, la cupule dans l'architecture devient la conque décorative ou l'arrondi creusé et sculpté d'une pierre.
La cupule décore souvent le dessous d'un soffite, dalle décorative au niveau de la toiture. Ce terme est aussi utilisé en archéologie pour désigner un creux circulaire fait par l'homme (préhistorique surtout) à la surface d'une dalle ou d'un rocher. On parle alors de « pierres à cupules ». Les cupules sont de taille modeste, généralement, au-delà de 20 cm on parle plutôt de bassins.
Haut de page  
Dais Ouvrage onorifique, souvent en bois et en tissus placé au-dessus d'un personnage ou d'un objet.
Déambulatoire Le déambulatoire est une galerie qui sépare le chœur d'une église des chapelles absidiales. Cet élément architectural est apparu dès l'époque carolingienne dans les églises d'Occident : il avait alors la forme d'un couloir coudé desservant des chapelles prolongeant le chœur. Mais plus tard, il adopta une forme semi-circulaire : le plan de la crypte préromane de la cathédrale Notre-Dame de Chartres le montre encore. Au cours du XIe siècle, il a pris définitivement la forme d'une galerie semi-circulaire. L'un des plus anciens déambulatoires de ce type est visible dans l'église de Tournus, en Bourgogne : il semble dater du début du XIe siècle.
Denticule Motif ornemental constitué de petits cubes séparés par des espaces creux.
Dikka tribune qui permet de répercuter dans la salle de prière le sermon du muezzin. On n'en trouve que dans les grandes mosquées
Diptyque Un diptyque (du grec ancien δίπτυχος / díptykhos, « plié en deux ») est une œuvre de peinture ou de sculpture composée de deux panneaux, fixes ou mobiles, se regardant et dont les sujets se regardent et se complètent l'un l'autre.
Dolmen

Un dolmen est une sépulture mégalithique préhistorique constituée d'une ou plusieurs grosses dalles de couverture (tables) posées sur des pierres verticales qui lui servent de pieds (les orthostates). Le tout était originellement recouvert, maintenu et protégé par un amas de pierres et de terre nommé tumulus. Les dolmens européens ont été construits entre la fin du Ve millénaire av. J.-C. et la fin du IIIe millénaire av. J.-C., ceux d'Extrême-Orient au Ier millénaire av. J.-C..

Dosseret Support rectangulaire dans lequel est engagée une demi-colonne.
Doubleau (arc-) Arc transversal tendu sous une voûte.
top Haut de page  
Ebraser Disposer les paroies latérales d'une baie obliquement à l'axe de l'ouverture pour une meilleur diffusion de la lumière.
Ecoinçon Un écoinçon est un ouvrage de menuiserie ou de maçonnerie formant l'encoignure de l'embrasure d'une baie.Dans le style gothique, on trouve cet élément aux angles des roses ou des rosaces formant des ouvertures de verrières décorés avec des écoinçons ajourés.
Encensoir Un encensoir est un brûle-parfum utilisé dans la liturgie catholique et la liturgie orthodoxe.L'encens qui se consume provient de résines végétales odoriférantes qui symbolisent la prière, la purification et la monté aux cieux. L'encens a aussi une valeur médicinale et il fait partie des offrandes des mages lors de la Nativité, avec l'or et la myrrhe.L'un des encensoirs les plus remarquables au monde est le Botafumeiro, de la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle. Le servant de messe qui porte l'encensoir est appelé thuriféraire.
Enceinte La mosquée est toujours séparée du monde extérieur par une enceinte. Parfois, elle jouit même d'une ziyada, c’est-à-dire d'un espace vide clos par deux enceintes qui entoure la mosquée et sert pour la purification du croyant.
Entrelacs Composition ornementales (en pierre, en fer...) formée de lignes entrelacées.
Epannelage

L'épannelage en sculpture et ornementation architecturale est l'opération qui consiste à éliminer la pierre excédante au profil que l'on désire révéler par une succession logique de taille et de traçage.
Volume approché d'un chapiteau, préparatoire au travail du sculpteur.

Ex-voto Un ex-voto est une offrande faite à un dieu en demande d'une grâce ou en remerciement d'une grâce obtenue.
Haut de page  
Fenêtre maestra Fenêtre "maitresse", c'est à dire large et belle ouverture située à l'étage noble dans les maisons anciennes.
Feu Unité familiale (en Corse : 3,5 à 5 personnes en moyenne) servant de base à la collecte de l'impôt.
Fibule Agrafe maintenant les pans d'un vêtement sur l'épaule ou la poitrine. Elle prend souvent la forme d'un bijou.
Flèche Sommet effilé d'une tour, d'un clocher.
Fleuron Petit ornement isolé, inspiré d'une fleur et transposé dans un sens ornemental.
La fontaine  Indispensable dans une mosquée, elle permet au croyant de pratiquer ses ablutions rituelles avant la prière.
Fonts baptismaux Les fonts baptismaux servent typiquement aux baptêmes par aspersion. Les fonts les plus simples ont un pilier de 1,5 m avec un support pour un bassin d'eau. Les matériaux taillés et sculptés varient considérablement, allant du marbre au métal ou au bois. La forme peut varier. Beaucoup de fonts baptismaux ont huit côtés pour rappeler la nouvelle création et peut-être pour faire un lien avec la pratique de la circoncision[réf. nécessaire], qui a traditionnellement lieu le huitième jour. Certains fonts ont trois côtés, en rappel de la Sainte Trinité du Père, Fils et Esprit Saint. Ils sont parfois placés devant la nef de l'église pour rappeler aux fidèles leur baptême, qui représente leur entrée dans l'Église. Dans plusieurs églises du Moyen Âge et de la Renaissance, une chapelle spéciale ou même un bâtiment dédié, dit « baptistère », abritait les fonts baptismaux.
Forgerie Le terme de forgerie est propre à l'expertise en écritures. Il s'agit du fait de fabriquer un faux en écriture de toutes pièces, en réutilisant des parties authentiques existantes, auxquelles des parties forgées sont ajoutées habilement de façon à laisser croire que l'ensemble serait authentique.
top Haut de page  
Gargouille Sculpture en saillie par laquelle l'eau de pluie s'écoule à distance des murs.
Géminée Arcade géminée - Arcade offrant l'aspect de deux arcades jumelles juxtaposées formée par deux demi-cercles tangents par l'une de leurs extrémités
Gemme Pierre précieuse. Croix gemmée : croix ornée de pierres précieuses.
Genèse Du grec Γένεσις, « naissance », « commencement », « source », « origine », « cause ».
Gisant Statue funéraire représentant un personnage étendu, le plus souvent les mains jointes.
Gonfanon Le gonfanon ou gonfalon (en ancien français, confenons) est un morceau d'étoffe quadrangulaire, comme la bannière, ou terminé par des pointes. Il était attaché à la hampe ou au fer d'une lance et pouvait y être enroulé.
Gothique Art gothique primitif (1140-1190), classique (1190-1240), rayonnant (1240-1350), flamboyant (1350-1500).
Pour en savoir plus, cliquez ici.
Griffon Le griffon ou grype est une créature légendaire présente dans plusieurs cultures anciennes. Il est imaginé et représenté avec une forme tenant de l'aigle à l'avant (tête, ailes et serres) et du lion à l'arrière. Avec quelquefois des variantes le griffon gardera de tout temps la particularité reconnaissable d'être hiéracocéphale.
Haut de page  
Hiéracocéphale Les hiéracocéphales sont, en particulier en égyptologie, des divinités et des créatures humanoïdes à tête de faucon.
Hypocauste Un hypocauste est le nom donné au système de chauffage par le sol utilisé à l'époque romaine et gallo-romaine surtout dans les thermes romains.
Haut de page  
Iconographie Le terme iconographie apparaît dans la langue française en 1547. Son étymologie vient du grec ancien "ikon" : image, et graphein" : écrire. Le terme est utilisé aujourd'hui pour désigner :
- la description et l'interprétation d'œuvres appartenant aux arts visuels
- l'ensemble des représentations d'un même sujet ou autour d'un même thème
- le corpus d'illustrations accompagnant une publication ou une exposition.
Imposte Bandeau mouluré supportant la retombée d'un arc.
Intrados

L'intrados est soit la face inférieure d'une voûte ou d'un arc, soit la face inférieure d'un claveau.

Iwans Il s'agit d' un hall voûté avec une façade rectangulaire ouverte par un grand arc.
Haut de page  
Jubé Dans une église, le jubé est une tribune et une clôture de pierre ou de bois séparant le chœur liturgique de la nef. Il tient son nom du premier mot de la formule latine « jube, domine, benedicere » (« daigne, Seigneur, me bénir ») qu'employait le lecteur avant les leçons de Matines.
Haut de page  
Khanqah ou Khanaqa Une khanqah est le lieu de vie de mystiques musulmans, mais aussi un lieu de retraite temporaire pour des personnage « civils ».
Haut de page  
Labrum Nom générique donné à tout vase qui est fait avec un bord plein et rond, se relevant à l'extérieur comme la lèvre humaine : c'est de cette ressemblance que lui vient son nom.
Lancette

Une lancette est une ogive de style gothique de forme très allongée. Arc en tiers-point surhaussé, sa forme ressemble à l’extrémité d’un fer de lance.
L'ogive en lancette est formée par deux arcs de cercle dont les centres sont à une grande distance l’un de l’autre.

Larmier

Le larmier est la partie saillante transversale basse de la charpente d'une corniche, d'un bandeau ou d'un appui de fenêtre en façade qui a pour fonction d'éviter l'infiltration de l'eau de pluie par la cannelure en creux appelée goutte d'eau.

Layage Aspect strié d'un parement laissé après dressage à l'aide d'une laie (marteau de tailleur de pierres à un ou deux tranchants).
Léproserie Une léproserie (ladrerie ou maladrerie) est un lieu d'isolement et de prise en charge des malades de la lèpre. Le premier hôpital du monde musulman, et du monde, a été créé pour traiter les patients atteints de la lèpre ainsi que pour les isoler du reste de la population, vers l'année 700. Ce premier bimaristan a été fondé à Damas sous le règne du calife omeyyade Abd al-Malik.
Léviathan Le léviathan est un monstre marin évoqué dans la bible, au livre de Job dont le nom désigne un monstre colossal. Il peut être considéré comme l'évocation d'un cataclysme terrifiant capable de modifier la planète, et d'en bousculer l'ordre et la géographie sinon d'anéantir le monde. Il serait l'un des 4 monstres "présents" au Banquet de l'Apocalypse.
Linteau

Le linteau est un élément architectural qui sert à soutenir la maçonnerie ou les matériaux du mur au-dessus d'une baie, d'une porte, ou d'une fenêtre. Le linteau peut servir de base à un tympan et un arc de décharge peut être placé au-dessus du linteau pour reporter le poids du mur au-dessus sur les jambages et décharger ainsi le linteau. Le plus souvent en pierre, il peut être monolithe ou clavé avec une plate-bande.

Lutrin Le lutrin est un petit meuble pour lire ou écrire commodément un livre. Il est particulièrement utile si l'ouvrage est volumineux ou précieux et bien sûr s'il ne peut être tenu à la main.
Haut de page  
Mâchicoulis Un mâchicoulis est une ouverture pratiquée dans le sol d'un chemin de ronde. Ce système défensif était répandu au Moyen Âge et servait à jeter divers matériaux pour défendre le pied des fortifications. (Piumbatoghju en Corse)

madrasa

Une madrasa est généralement considérée comme une école coranique, c'est principalement un lieu où l'on étudie le droit.
Mandorle Le mot mandorle vient de litalien mandorla qui signifie amande. Il désigne une figure en forme d’ovale ou d'amande dans laquelle s’inscrivent des personnages sacrés : le plus souvent le Christ, mais aussi la Vierge Marie ou les saints.
Maqsura Il s'agit d'un endroit clos situé près du mihrab, réservé au souverain pour le protéger des attaques. La maqsura n'est pas présente dans toutes les mosquées, car elle s'oppose à l'idéal d'égalité de la religion musulmane
Mascaron En architecture, un mascaron est un ornement représentant généralement une figure humaine parfois effrayante dont la fonction était, à l'origine, d'éloigner les mauvais esprits afin qu'ils ne pénètrent pas dans la demeure. Ils sont souvent apposés sur la clef de voûte des arcs des fenêtres ou des portes ou sur les linteaux. Certains mascarons apposés sur une fontaine crachent de l'eau.
Meneau Les meneaux sont des montants et compartiments de pierre de taille, ou assemblages de pièces de bois, divisant en plusieurs vides la surface d’une fenêtre des monuments de style gothique ou Renaissance. À cette époque le vide des croisées était divisé par des meneaux, composés de montants (partie verticale) et de traverses (partie horizontale), se coupant à angle droit. (Voir aussi trumeau)
Merlon Partie pleine entre deux créneaux.
Meurtrière Une meurtrière (ou archère, archière, raière ainsi qu’arbalétrière après l'invention de l'arbalète) est une ouverture pratiquée dans une muraille défensive pour permettre l'observation et l'envoi de projectiles.
Minaret  grande tour, d'où le muezzin lance l'appel à la prière. Le minaret sert surtout à marquer l'emplacement d'un sanctuaire, car on le voit de loin. Sa forme varie selon les régions et les époques.
Le mihrab élément le plus important du bâtiment, car il indique la Qibla, la direction de la Mecque, vers laquelle prient les musulmans. Le mihrab prend place sur le mur qibli. Le mihrab a en général la forme d'une niche plus ou moins profonde et plus ou moins grande. Il peut en exister plusieurs dans une même mosquée.
Le minbar : chaire à précher. En bois ou en tout autre matériau (pierre, marbre par exemple), il se situe toujours juste à côté du mihrab
Modillon Un modillon est un élément d' architecture qui sert à soutenir une corniche. Il se différencie du corbeau par le fait qu'il est sculpté. Il y en a de très nombreux exemples, en particulier sur les églises romanes.
moellon 
Il se constitue de pierres mal aguerries qui tiennent grâce à un mortier de chaux et de sable, auquel ont parfois été ajoutés du charbon et de la chamotte.
moucharabiehs fenêtres à jalousie
Mosaïque

Elle est utilisée à plusieurs époques : Califat des Omeyyades, califat des Omeyyades d'Espagne, califat des Abbassides, sultanat mamelouk. Dans les trois premiers cas, on note une forte influence antique et byzantine (mosaïque à fond d'or). On sait d'ailleurs que des artistes byzantins ont travaillé dans le monde islamique à ses débuts.

Éléments décoratifs

Mur bahut Mur bas; désigne dans les cloîtres le mur portant l'arcadure séparant les galeries de la cour.
Mur gouttereau Mur recevant les pentes du toit qui porte les goutières, par opposition au mur pignon.
Haut de page  
Narthex Portique ou vestibule transversal, à l'entrée de certaine églises paléochrétiennes et médiévales, ou se tenaient les catéchumènes et les pénitents.
Nef Partie d'une église de plan allongé qui s'étend depuis le chœur ou le transept jusqu'à la façade principale ou au narthex; chacun des vaisseaux susceptibles de composer cette partie.
Haut de page  
Ogive Arc diagonal sur lequel repose la voûte.
Olifant L'olifant (anciennement (oliphant) est un instrument de musique à vent de la famille des cornes. C'est un cor d'une grande dimension, fait habituellement d'une défense d' éléphant garnie de viroles de métal pour la suspendre. L'olifant était un cor de guerre et de chasse, il servait à donner des signaux, à rallier les troupes, à annoncer l'approche d'un ennemi.
Onciale Calligraphie de l'écriture latine, proche de nos minuscules actuelles.
Orant Statue funéraire représentant un personnage en pierre, à genoux et les mains jointes.
Oratoire Un oratoire est à la base une chapelle, un lieu de dévotion invoquant la protection divine. Plus précisément, ce terme désigne un petit monument voué au culte d'un saint ou d'une sainte représenté par une statuette ou parfois tout simplement par une simple plaque à son image ou une croix.
Ordre des bénédictins L’ordre de Saint-Benoît (o.s.b.), plus connu sous le nom dordre des bénédictins, a été fondé en 529 par saint Benoît de Nursie (480-547). Ce n'est pas le plus ancien d'Occident (Cf. la Règle des moines de Saint Augustin, la fondation de Ligugé par Saint Martin et de Saint-Victor de Marseille par Jean Cassien, et la laus perennis en 515 à l’abbaye de Saint-Maurice d'Agaune) mais c'est celui qui a connu le plus large succès ; ses membres suivent la Règle de Saint Benoît et appartiennent à la Confédération bénédictine.
Ordre cistercien L’ordre cistercien (Ordo cisterciensis, o.cist.), également connu sous le nom d’ordre de Cîteaux ou encore de saint ordre de Cîteaux (Sacer ordo cisterciensis, s.o.c.) est un ordre monastique chrétien réformé, dont l'origine remonte à la fondation de l'abbaye de Cîteaux par Robert de Molesme en 1098.
Ordre Clunisien L’ordre de Cluny (ou ordre clunisien) est un ordre bénédictin. Il a été créé par Guillaume Ier, duc d'Aquitaine et comte de Mâcon, par un acte rédigé à Bourges le 11 septembre 909 (ou 910) donnant le domaine de Cluny « aux apôtres Pierre et Paul », à savoir l'Église romaine, pour y fonder un monastère de douze moines. Le monastère est situé dans le Mâconnais.
Ordres réguliers S'applique aux moines vivant selon la règle de saint Benoît, de saint Augustin ou des Frères prêcheurs.
Orfroi Parement d'or ou d'argent, souvent enrichi de pierres précieuses, appliqué sur un vêtement.
Haut de page  
Pallium Le pallium (du latin pallium et du grec pallion qui désignait dans l'Antiquité un manteau) est une étole de laine blanche brodée de six croix noires (ou, au Moyen-Âge et plus récemment, rouge). Elle est utilisée par le pape, les primats et les archevêques qui la portent autour du cou, par-dessus la chasuble pendant les célébrations liturgiques.
Palmette

La palmette est un motif décoratif en forme de feuille de palmier.
Les palmettes peuvent prendre différentes formes : larges (on dit "grasses") et lobées, ou au contraire plus effilées, à un lobe ou deux (palmette bifide).
On combine fréquemment la palmette au rinceau : motif en forme de rameau

Penture

Une penture est une pièce de quincaillerie. C'est un morceau de fer plat replié en rond à une extrémité de manière à y former un œil destiné à recevoir le mamelon d'un gond. Elle est attachée sur la surface d'une porte ou d'un contrevent, de manière à la suspendre solidement et à la faire mouvoir, tout en la maintenant bien stable. Les pentures sont clouées ou boulonnées aux vantaux.Certaines pentures de monuments prestigieux peuvent revêtir une extrême complexité et constituent de véritables chefs-d'œuvre de ferronnerie, telles celles qui ornent les vantaux des trois portails occidentaux de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Phylactère Un phylactère est, dans l'art chrétien médiéval, un moyen graphique semblable à une petite banderole, sur laquelle se déploient les paroles prononcées par le personnage que l'on représente.
Piédroit Chacune des parties latérales verticales qui supportent la naissance d'une voûte ou d'un arc.
pierre Elle est en usage depuis l'Espagne jusqu'à l'Irak. La nature des pierres utilisées varie selon les régions. En général, les marbres sont utilisés pour leurs propriétés décoratives (couleurs).
Pilastre Pilier engagé dans un mur, formant une faible saillie et à arêtes vives.
pilier Il est un élément maçonné, le plus souvent carré (Un carré est un polygone régulier à quatre côtés : c'est un quadrilatère qui est à la fois un rectangle (il a...), rectangulaire ou cruciforme
pisé (tabya) Il s'agit d'un mélange (Un mélange est une réunion de deux ou plusieurs substances.) de terre (La Terre, foyer de l'humanité, est surnommée la planète bleue. C'est la troisième planète du système solaire en partant...), de chaux et de chamotte (argile cuite pilée) ou de petits cailloux. Pressé entre deux planches de bois (encaissement), ce matériau est utilisé principalement pour les habitations.
pishtak portail en forme d'arc qui fait saillie sur la façade où il se trouve. C'est un élément provenant d'Iran
Plan arabe Le plan arabe, ou plan hypostyle, se compose d'une cour à portique et d'une salle de prière à colonnes, les nefs étant dirigées parallèlement ou perpendiculairement (pour le Maghreb et certaines exceptions) à la qibla.
Plan iranien Il apparait au Xe siècle avec la dynastie séljoukide et se caractérise par l'emploi d'iwans, d'un pishtak et une salle de prière sous coupole. Un iwan est une salle voutée ouverte sur un côté par un grand arc inclus dans une encadrement rectangulaire. Généralement, les cours des mosquées en comportent quatre disposés en croix. Un pishtak est un portail formant une avancée, souvent surmonté de deux minarets et ouvert par un grand arc. La Mosquée du Shah à Ispahan est l'un des plus beau exemples de plan iraniens connus.
Plan Moghol Il se caractérise par une immense cour à quatre iwans, dont un ouvre sur une salle de prière étroite et rectangulaire, couronnée par trois ou cinq coupoles bulbeuses. Les grandes mosquées de Delhi et de Bidar utilisent ce type de plan.
Plan arabe Le plan arabe, ou plan hypostyle, se compose d'une cour à portique et d'une salle de prière à colonnes, les nefs étant dirigées parallèlement ou perpendiculairement (pour le Maghreb et certaines exceptions) à la qibla.
Plan iranien Il apparait au Xe siècle avec la dynastie séljoukide et se caractérise par l'emploi d'iwans, d'un pishtak et une salle de prière sous coupole. Un iwan est une salle voutée ouverte sur un côté par un grand arc inclus dans une encadrement rectangulaire. Généralement, les cours des mosquées en comportent quatre disposés en croix. Un pishtak est un portail formant une avancée, souvent surmonté de deux minarets et ouvert par un grand arc. La Mosquée du Shah à Ispahan est l'un des plus beau exemples de plan iraniens connus.
Plan Moghol Il se caractérise par une immense cour à quatre iwans, dont un ouvre sur une salle de prière étroite et rectangulaire, couronnée par trois ou cinq coupoles bulbeuses. Les grandes mosquées de Delhi et de Bidar utilisent ce type de plan.
Plan Ottoman Ce plan se trouve en Turquie (actuelle) principalement, et fut mis au point après la prise de Constantinople en 1453 par l'architecte Sinan ; cependant, on en trouve des prémices depuis le XIIIe siècle dans le premier art ottoman. Il se compose d'une salle de prière sous une immense coupole cantonnée de demi coupoles et de coupolettes. Souvent, les mosquées de type Ottoman font partie de grands complexes. On peut déceler une influence Byzantine (de Sainte-Sophie notamment)
Plein-cintre Le cintre est une ferme provisoire en bois, destinée à soutenir les voussoirs d'un arc ou d'une voûte pendant sa construction. Sur les cintres sont placées des planches appelées couchis. Le cintrage est l'opération qui consiste à construire un cintre, le décintrement est l'opération inverse. Le tassement de la voûte ou de l'arc intervient normalement après le décintrement.« En plein cintre » se dit pour un arc dont la courbe correspond à un demi-cercle : voûte ou arcade en plein cintre de l'art roman, par opposition à arc brisé ou ogive.
Polychrome La polychromie (du grec πολυχρωμία, πολύ (poly) = plusieurs ; χρώμα (khrôma) = couleurs) est l'état d'un corps dont les parties offrent des couleurs diverses. Elle s'oppose à la monochromie. L'adjectif polychrome s'emploie pour parler de statue polychrome, de toiture polychrome, de peinture polychrome, de marbre polychrome.
Polylobé L'adjectif polylobé est un néologisme s'appliquant à des feuilles (botanique) ou à des arcs (architecture) présentant plusieurs lobes.
Polymorphe Du grec ancien πολλοί (polloí) qui signifie « plusieurs » et μορφος (morphos) qui signifie « forme ».
Porche Construction ouverte ou fermée à l'entrée de la nef.
Porphyre Le Porphyre, une roche magmatique.
Preau De prael, "petit pré". Cour intérieure du cloître, bordée par les galeries couvertes.
Prédelle

La prédelle est la partie inférieure d'un retable polyptyque, développée horizontalement, qui sert de support aux panneaux principaux. Elle peut être composée d'une seule planche en longueur, ou de plusieurs éléments.Composées généralement de plusieurs scènes complétant le ou les panneaux principaux du retable polyptyque, elles ont été souvent vouées à la dispersion première de leurs éléments après le démembrement ou démantèlement fréquent de la totalité de l'œuvre.

Presbytère Le presbytère (du latin presbyterium, du grec presbuteros : ordre ou sacerdoce des prêtres, d’où lieu de vie des prêtres) est l’habitation du curé. Il est souvent situé à proximité des églises paroissiales ; dans certaines localités, ses qualités architecturales ou son importance historique ont pu amener à le classer au titre des Monuments historiques.
Prieuré Le prieuré est généralement un établissement religieux créé par une abbaye plus importante sur un domaine foncier qui lui a été donné; il est desservi par des moines de cette abbaye qui en gèrent le temporel sur place et envoient les revenus à leur abbaye. Les prieurés sont dotés d'églises construites et entretenues par l'abbaye-mère. Le prieur est présenté soit par le patron, c'est-à-dire l'ayant-droit du fondateur primitif de l'église, soit par un chapitre, puis nommé par l'abbé dont il dépend. Il peut avoir avec lui d'un seul à plusieurs dizaines de religieux.
Prophylactique Qui prévient la maladie; terme utilisé pour désigner les saints protecteurs ou guérisseurs des grandes épidémies comme la peste (saint Sébastien, saint Roch, saint Antoine Abbé)

Protomartyr

Le personnage de saint Étienne, premier martyr de la chrétienté - ou protomartyr, apparaît comme étant à l’origine du culte des saints.Son nom provient du grec St?fa??? (Stephanos), « couronné » ou encore, selon Jacques de Voragine dans La Légende dorée, du mot hébreu pour « norme ». Ce nom est d’ailleurs repris de manière plus fidèle en anglais (Stephen) ou en néerlandais (Stefaan).

Prothyron Dans la maison romaine, pièce de l'entrée, dans l'architecture romane, petit édicule placé devant le portail d'une église et formé de deux colonnes, reposant souvent sur des statues de lions couchés (stylophores), et soutenant une voûte en berceau.
Phylactère Un phylactère est, dans l'art chrétien médiéval, un moyen graphique semblable à une petite banderole, sur laquelle se déploient les paroles prononcées par le personnage que l'on représente.
Haut de page  
Rampant Disposé selon une ligne oblique. Arc rampant, dont les deux naissances sont à des hauteurs différentes.
Registre Un ensemble de motifs sur un même niveau horizontal, dans une sculpture ou une œuvre peinte.
Retable Le retable (du latin retro tabula altaris : en arrière d'autel) est une construction verticale qui porte des décors sculptés ou peints en arrière de la table d'autel. L'étymologie du mot français est la même que l'espagnol retablo, lorsque le terme italien est pala d'altare. Il est fréquent qu'un retable se compose de plusieurs volets, deux pour un diptyque, trois pour un triptyque voire davantage pour un polyptyque.
Rinceau

Arabesques végétales sculptées ou peintes servant d'ornement dans différents ordres architecturaux et styles décoratifs.Les rinceaux apparaissent dans l'architecture antique dans les décors des toitures (sima) à l'époque grecque, puis dans les frises à l'époque impériale romaine. Lorsqu'ils sont associés à des personnages ou a des animaux, on parle de "rinceaux peuplés". Ce n'est qu'à l'époque médiévale qu'on les retrouve également dans les chapiteaux.

Ribat Un ribat est un édifice à la fois religeux et militaire, construit généralement dans une zone frontalière ou sur un axe de communication important
Rose ou rosace Grand vitrail circulaire. Ornement circulaire rayonnant autour d'un centre, décorant le haut de la corbeille d'un chapiteau.
Rote Instrument de musique triangulaire à cordes verticales représenté aussi aux cloîtres de la Daurade à Toulouse et à Moissac.
Haut de page  
Sacellum Diminutif de sacrum. Petite enceinte ronde ou carrée, consacrée à une divinité, et contenant un autel, mais sans toit. Les particuliers en consacraient souvent ainsi dans leurs propriétés en l'honneur de quelque divinité favorite, comme le faisaient les magistrats, au nom de l'Etat, dans les endroits publics.
Saint Benoît La règle de saint Benoît fut écrite par Benoît de Nursie (œuvre commencée approximativement vers 529, on ne dispose pas de la date exacte) pour guider ses disciples dans la vie monastique communautaire (cénobitisme). En effet, Benoît avait fondé au début du VIe siècle une communauté de moines sur le Mont-Cassin en Italie. Au cours des siècles qui suivirent, cette règle fut progressivement adoptée par un nombre croissant de monastères en Occident; au-delà de sa grande influence religieuse, elle eut une grande importance dans la formation de la société médiévale, grâce aux idées qu'elle amenait: l'idée d'une constitution écrite, de la limitation de l'autorité par la loi, et de la désignation du détenteur de cette autorité par élection, Benoît ayant voulu que l'abbé soit élu par les frères. Encore aujourd'hui, des dizaines de milliers de moines et de moniales à travers le monde s'appuient sur la spiritualité proposée par la Règle de Saint Benoît.
Salle capitulaire La salle capitulaire, aussi appelée salle du chapitre, est le lieu où les moines se réunissent, tout les matins, pour lire un chapitre de la règle de saint Benoît et traiter des questions de la vie communautaire. Elle servait aussi à l'élection du père abbé. Capitulaire vient du mot latin capitulum, qui veut dire "tête" ou "chapitre". La salle capitulaire est souvent largement ouverte sur le cloître, en contrebas de quelques marches, afin d'offrir une vue plongeante à ceux qui restaient debout à l'extérieur lorsque l'assistance était trop importante pour être contenue dans la pièce.
Salle de prière ou Haram c'est le lieu où les musulmans prient. Elle est toujours recouverte de tapis afin de purifier le lieu.
Sarcophage Le mot sarcophage, après avoir apparemment désigné dans l'Antiquité tous les réceptacles funéraires, donne en français vers l'an 1050 le mot cercueil (par une forte réduction phonétique), qu'on utilise pour parler d'un coffre allongé dans lequel on dépose le corps avant de l'ensevelir, alors que le mot sarcophage est utilisé dès le XVIIe siècle pour désigner les cercueils en pierre.
Scotie

Une scotie est une moulure semi-ovale concave se trouvant au pied d’un fut de colonne et formée de deux portions de courbe. Dénommée aussi trochyle, rond creux ou nacelle, cette moulure offre une ombre fort prononcée entre deux tores.

Scriptorium Ce nom désigne l'atelier dans lequel les moines copistes réalisaient des copies manuscrites.
Shoffar Le schofar (chofar ou encore shophar) est un instrument de musique à vent en usage dans le rituel israëlite depuis l' Antiquité. Il a notamment été utilisé par les Hébreux contre les murailles de Jéricho lors de la conquête du pays de Canaan par Josué.
Soffite

Le soffite est généralement le dessous d'un ouvrage suspendu ; souvent le dessous d'une corniche. Ainsi, dans l'architecture romane XIIe siècle, le soffite est une dalle décorative posée entre deux corbeaux ou modillons. Cette dalle marque l'avancée de la toiture d'une église romane. Elle est souvent décorée d'une cupule, sorte de conque.

Stalles Sièges de bois à dossier haut, garnissant les deux cotés du chœur de certaines églises.
Statue-colonne Figure en très haut relief liée à une colonne, représentée dénuée d'expression et le corps démesurément étiré.
Statue-menhir Une statue-menhir est un mégalithe anthropomorphe sculpté en ronde-bosse dans une pierre fichée en terre à la manière des menhirs. Leurs périodes d'érection se situent entre le Néolithique final et l'âge du Cuivre (3500 à 2000 avant J-C)
Stéréotomie Technique de taille et de coupe des pierres et matériaux de construction.
Stuc

Le stuc est un mélange de chaux et de plâtre. On y trouve aussi des colles animales ou végétales, éventuellement armées de cheveux ou de treillis. Ce matériaux est utilisé en décoration et en scuuture. Plus léger que le marbre, il est est aussi moins coûteux et plus facile à travailler.

Éléments décoratifs

Haut de page  
Tabernacle

Le tabernacle désigne, dans l’Église catholique, le meuble (ouvrage de menuiserie, d'orfèvrerie, de marbre) qui abrite le ciboire contenant les hosties consacrées au cours de la messe.Il est en général placé au-dessus de l’autel. Il est utilisé pour l'adoration eucharistique.

Taille de réserve Surfaces épargnées par un détourage en creux dans le plan d'un parement.
Tailloir Voir Abaque (synonyme)
Tartare Dans la mythologie grecque, le Tartare est un lieu situé dans les profondeurs de la Terre.
Tore

En architecture, un tore correspond à une moulure ronde, semi-cylindrique, entourant le pied d'une colonne ou d'un pilier.

Transept Vaisseau transversal qui sépare le chœur de la nef et forme les bras de la croix, dans une église en croix latine.
Tribune Dans une église, une tribune est une galerie située au-dessus des bas-côtés, donnant sur la nef par un triforium. Peut désigner aussi la partie d'un jubé d'où l'on lisait les évangiles.
Triforium Etroite galerie de circulation prise dans l'épaisseur du mur.
Trilobées Arcade lobée - Arcade décorée et découpée dans des proportions de demi-cercle, qui entre dans la décoration dans l'ornementation de l'archivolte - Dans l'art roman on trouve des arcades trilobées, quadrilobées, quintilobées.
Triptyque Un triptyque est une œuvre peinte ou sculptée en trois panneaux, dont les deux extérieurs (volets) peuvent se refermer sur celui du milieu. Ce format se développe essentiellement aux XIIe et XIIIe siècles, dans le cadre de la peinture religieuse en Europe. Le triptyque entre dans la famille plus large des tableaux polyptyques.
Trous de boulins Ces trous servaient aux échafaudages de l'époque.
Trumeau Partie d'un mur, d'une cloison compris entre deux baies, deux portes-fenêtres, pilier qui supporte en son milieu le linteau d'un portail. (Voir aussi meneaux)
Tympan Surface comprise entre le linteau et les deux rampants ou l'arc d'un fronton; paroi qui clôt l'arc des portails romans et gothiques.
Haut de page  
Votif, votive Tableau votif : Tableau qui a été offert pour acquitter un vœu.
Messe votive : Messe qui est dite dans quelque intention particulière
Voussoir Un voussoir est une pierre de taille en forme de coin formant l'appareillage d'un arc, d'une voûte ou d'une arcade. De façon plus contemporaine, les voussoirs sont constitués en béton. Préfabriqués puis assemblés sur l'ouvrage d'art, ils forment les voûtes des tunnels ou des arcades des ponts et viaducs.
Voussure Petite voûte au-dessus de l'embrasure d'une baie; adoucissement du pourtour d'un plafond.
Voûtain Compartiment d'une voûte délimité par des arêtes ou des ogives. - Quatre voûtains triangulaires se rencontrant au milieu d’une travée à vives arêtes et pénétrant deux voûtes en berceau de même hauteur sont appelées voûte d’arêtes.
Voûte en berceau

Ouvrage de maçonnerie formant la paroi intérieure du toit. On distingue la volute en berceau (architecture romane) et la voûte sur croisée d'ogive (architecture gothique). La voûte à berceau est l'une des inventions des Étrusques aux Romains dans l’architecture impérial. Les voûtes des cathédrales et des chateaux étaient souvent ornées de peintures, de sculptures ou de feuilles d'or et d'argent.

Voûte en ogive Voûte d'ogive est un élémentd'architecture en forme d'arc diagonal de renfort bandé sous la voute gothique, dont il facilite la construction et dont il reporte la poussée vers les angles, permettant d'ouvrir largement les murs latéraux.
Haut de page  
Zawiya Bâtiment abritant des sufis et un tombeau (celui du fondateur, en général).
Haut de page  

La plupart des définitions de ce lexique sont issues de Wikipedia, de techno-scienc (http://www.techno-science.net) et d'autres de revus spécialisées en archéologie ou de fascicules glanés lors de mes visites..